Visionnez nos vidéos - Contact - - -

Thermalisme en Hautes-Pyrénées

Un bref historique : les premiers usages du thermalisme semblent dater de l’Antiquité avec les gymnases grecs. Les Romains perfectionnent cette pratique et multiplient différentes constructions, essentiellement durant leur occupation de la Gaule. Les thermes ou gymnases d’eau étaient d'immenses bains chauds utilisés pour un usage médical, hygiénique et social. Le thermalisme tombe en désuétude durant le Moyen-Âge. En 1604, Henri IV inaugure la première charte des eaux thermales. Au début du XIXe siècle, le thermalisme devient un phénomène de mode. Ce traitement naturel se développe activement grâce aux moyens de transport et aux progrès de la médecine. En 1950, les organismes de la Sécurité Sociale acceptent de prendre en charge cette thérapie.

Les eaux thermales proviennent des eaux pluviales qui se sont infiltrées dans le sol. Au contact des différentes roches, elles se chargent en oligo-éléments pour agir naturellement sur différentes pathologies. Quelque 90 centres thermaux existent en France. Chaque établissement fait l’objet d’un arrêté ministériel conventionné avec l’État et intervient dans le traitement d’une ou plusieurs orientations thérapeutiques. Plongez au cœur des vertus thérapeutique des Pyrénées-Orientales à travers les cinq stations thermales qui vous proposent différentes cures médicales.

Stations thermales en Hautes-Pyrénées

* Argelès-Gazost, classée station climatique est située en moyenne montagne à une altitude idéale de 460 m.

* Les Thermes de Cauterets : les établissements thermaux de Cauterets sont conventionnés pour les cures thermales en rhumatologie et voies Respiratoires / ORL. Les eaux de ses onze sources sont exploitées dans deux établissements qui accueillent les curistes : les Thermes de César et les Thermes des Griffons.

* Barèges-Barzun : au pied du col du Tourmalet et du Pic du Midi, Barèges est une station de ski et station thermale de renom. La station de Barèges-Barzun a été bâtie sur les sources thermales. Deux établissements sont là pour vous accueillir :

• Les Grands Thermes, recommandés pour leur action sur la reconstruction osseuse et les rhumatismes:

• Les Thermes de Barzun, recommandés pour le traitement des affections des voies respiratoires / O.R.L.

* Luz Saint-Sauveur, située en plein cœur du Parc National des Pyrénées, les Thermes de Luz-Saint-Sauveur ont conforté leur vocation de station thermale curative grâce à la qualité et au modernisme de ses structures de soins, tout en développant un espace totalement dédié à la forme et au bien être ouvert été comme hiver.

* Bagnères de Bigorre a plus de deux mille ans (bagnères = bains). Ceux sont les romains qui y découvrent les eaux chaudes qui coulent du mont Olivet. L’Eau Thermale provient de plusieurs sources naturelles et souterraines. Depuis plusieurs années, cette eau est captée à près de 200 mètres de profondeur, par 2 forages (Reine et Régina) assurant un débit constant. L’eau thermale, naturellement chaude, est extraite à 50°C. . chargées en oligo-éléments, aux vertus antalgiques, antispasmodiques et myorelaxantes.

* Loudenville Situé dans la Vallée du Louron, au pied des stations de ski de Peyragudes et de Val Louron et au bord du Lac de Génos-Loudenvielle. Construit en 2000, le centre de balnéothérapie capte une eau naturellement chaude entre 30 et 33 degrés grâce à deux forages au dessus des Bains de Saoussas à 170 et 600 mètres de profondeur. Cette eau, chargée d’oligo-éléments est canalisée jusqu'à Balnéa. Ni piscine ludique, ni centre thermal, Balnéa est avant tout une invitation à la détente à travers tous les plaisirs des eaux chaudes naturelles.

* Saint-Lary-Soulan À 830 m d’altitude, Saint-Lary est un village de montagne animé, au climat sédatif et tonique. Eaux chlorurées sodiques, riches en silice sulfurée et sulfatée. Les applications de boue (à usage unique) sont un atout médical important dans les affections des maladies de l’appareil locomoteur. L’établissement thermal est alimenté par les Sources de la Garet, aux eaux chlorurées, sodiques, riches en silice sulfurée et sulfatée. Ces eaux sont oligo-métalliques mais à faible minéralisation. Leur PH est très légèrement alcalin.

* Capvern-les-Bains à 30 km de Tarbes, à 8 km de Lannemezan, à l’entrée des Baronnies, La station de Capvern à 475 m d’altitude vit au rythme du thermalisme, au pied des sources. 2 sources aux eaux sulfatées calciques magnésiennes et oligothermales aux vertus très affirmées : diurétiques, anti-cristallisantes, anti-infectieuses, anti-spasmodiques et antalgiques.

* Beaucens à 480 m d’altitude, Beaucens est un village de 300 habitants regroupés autour du château féodal, entre Lourdes et Gavarnie, dans la Vallée des Gaves. A 4 km d’Argelès-Gazost. Climat très doux et vivifiant. Eaux chlorurées sodiques et calciques, riches en fluor et en magnésium.