Visionnez nos vidéos - Contact - - -

À découvrir en Ariège

Même les petites communes ont leur identité. Souvent isolé et ne regroupant que quelques maisons de pierres patinées par les années,de charmants villages vous invitent à flâner dans leurs ruelles. Ils ont chacun leur propre identité.

Envie de soleil et de grand air ?

Liste des Offices de Tourismes en Ariège

Les cols montagneux en Ariège

L'Ariège possède le plus grand nombre de grottes sépulcrales (51) et de monuments mégalithiques. Les différentes populations qui occupèrent pendant la Préhistoire les plaines et les vallées ont laissé, comme témoins de leur passage, des peintures pariétales, des foyers, des armes, des instruments en pierre, des bois de renne travaillés, de grossières poteries. Ces différentes pièces archéologiques ont été retrouvées dans la grotte de Niaux où l’on peut également voir des parois ornées de dessins datant de l’art Madgalénien. Mais d’autres communes regorges de traces de ce lointain passé, l’Herm, Lombrive, Tarascon … À cela viennent s’adjoindre de nombreux dolmens, ici et là que vous pouvez découvrir au gré de vos ballades. Toujours à travers cette période de l’histoire, il convient de vistier le village du Mas d’Azil.

L’histoire se poursuit, avec différentes périodes moyenâgeuses qui ont marqué l’Ariège. Située au pied des montagnes du Couserans, Saint-Lizier est l’une des villes de l'Ariège la plus chargée en histoire et patrimoine. La commune est ainsi nommée en l'honneur de Lizier de Couserans canonisé sous le nom de Saint-Lizier, évêque qui participa au Concile d'Agde au VIe siècle. Cette cité gallo-romaine des Consoranni devient le siège d’un important Évêché à partir du VIe siècle. Deux cathédrales sont construites durant l’époque romane : Notre-Dame de la Sède, aujourd’hui dans l’enceinte du Palais des Évêques, et l’église paroissiale du bourg d’en bas, avec son cloître, plus ancienne d’ailleurs, appelée aussi "Cathédrale" (Cathédrale de Saint-Lizier) qui abrite son trésor avec la crosse de Saint-Lizier du XIIe siècle. Le buste reliquaire en argent doré ciselé est attribué à Antoine Favier, orfèvre à Toulouse et réalisé en 1531. L’ensemble de ce patrimoine architectural est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il se trouve sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (la voie du Piémont Pyrénéen GR78). Un pèlerin peut marcher de Carcassonne à Saint-Jean-Pied-de-Port en passant par Mirepoix, Pamiers et le Couserans.